templezen200945_0

 

Ma recherche d'une nouvelle sangha avec laquelle pratiquer m'a menée hier dans le dojo de La Montagne sans sommet, dirigé par le maître zen Federico Dainin Joko Sensei.

A la fin du zazen, une fois la cérémonie terminée, il nous a rappelé le sens du bois qui est frappé dans les temples et dans les dojos pour appeler à la pratique et en fin de zazen.

Ce bois qui appelle à zazen, ce bois frappé d'abord lentement pour finir en cascade imperceptible, ce bois nous rappelle:

«N'oublie pas que tu vas mourir ! Ne perds pas ton temps !»

Et cela est une grande source de joie car cela signifie:

«N'oublie pas que tu es vivant !»

En début de zazen, le bois  nous incite à faire cette expérience d'être vivant dans l'immobilité, car cette vie est plus tangible là, qu'au coeur de l'action effrénée.

Cette exhortation «N'oublie pas...!» m'est allée droit au coeur et nourrit en moi l'esprit d'éveil.

Bonne pratique ! Et bonne semaine !

PS: tu peux entendre le bois sonner au début de ce court documentaire sur les moines de Tofuku-ji à Kyoto: