Aujourd'hui je te propose de lire le texte de la cérémonie d'ordination dans mon école du zen sôtô. Il est lu en français et le ton de celui-ci ne manque jamais de me surprendre. Dans le cadre de ma préparation à l'ordination de nonne, il me semble important de me pencher un peu dessus:

Ce texte "d'action de grâce" est récité avant que le maître ne coupe une mèche de cheveux du/de la futur.e moine/nonne et qu'on lui remette son kolomo et le kesa.

dguDdQXHFzOAlddql_1nJZJ2mNw

 

«Hommes et femmes de bien !

La source originelle de notre esprit est tranquille, et l'océan du Dharma est de plus en plus profond...infini.
Aussi, ceux qui doutent de ceci devront certainement sombrer pour l'éternité, et ceux qui s'éveillent à cette vérité obtiendront vraiment le satori.

La vraie liberté sur la Voie de l'Eveil existe dans le fait de recevoir l'ordination de moine.
C'est exactement la même cérémonie que celle expérimentée par tous les Bouddhas.

Elle est le vrai symbole de l'obtention du satori immédiat.

Cela est certain ; aussi ne devez-vous pas en douter.

Devenir moine est la meilleure et la plus haute méthode pour unifier le corps et l'esprit avec la Voie ; car couper vos cheveux signifie couper la racine de vos désirs.
Si vous coupez la racine de vos désirs, votre vrai visage peut être trouvé.

Changer de vêtements signifie se retirer du monde des souillures.
Si vous vous retirez du monde des souillures, vous pouvez certainement obtenir la vraie liberté.

C'est pourquoi, parmi tous les Bouddhas, aucun n'a réalisé la Voie en menant une vie de famille, et parmi les maîtres de la transmission, pas un seul n'a manqué de prendre la forme d'un moine.

Parmi tous les mérites, devenir un vrai moine est le plus haut. Par exemple, il est dit dans un sutra que bâtir une pagode aux sept trésors, plus élevée que les trente-trois paradis, est bien sûr un bon mérite, mais cela ne dépasse pas le centième du mérite de devenir moine.

Ce mérite ne peut être évalué ni comparé car une pagode précieuse peut être détruite et réduite en miettes. Sa forme ne peut durer éternellement mais le mérite d'être moine se répand et augmente jusqu'à produire le fruit du Bouddha, et ce mérite ne peut être perdu même pendant une éternité.

Aussi, même si vous n'abandonnez pas votre corps lui-même, vous pouvez immédiatement aller au-delà de la dimension des gens ordinaires. Mais même si vous ne pouvez pas obtenir le satori, vous devenez un vrai et complet enfant du Bouddha.

Vous pourrez devenir la personne la plus élevée et la plus respectée de toute l'humanité. A partir de votre vie de transmigration, dans les six mauvais chemins, vous pourrez expérimenter une vie éminente.

Veuillez considérer que maintenant vous pouvez immédiatement changer votre corps et votre esprit qui est en mutation, et naître immédiatement dans la terre de Bouddha qui est éternelle, ne disparaît jamais et est au-delà de la naissance et de la mort.»