77087432_o

J'utilise parfois des termes qui me sont familiers mais qui peuvent sembler obscurs pour le lecteur pour qui le zen est inconnu.

Voici donc le petit lexique de Kaiko, le sens que je mets derrière ces mots (ce billet est appelé à évoluer et à s'enrichir.)

Bodhisattva 
littér. : l’être qui s’éveille. Par sa pratique, par son éveil, le bodhisattva aide naturellement toutes les existences. Jukai, l’ordination de bodhisattva donnée généralement aux laïcs, marque l’entrée dans la voie du Bouddha.

Dharma 
la Loi, le principe directeur de l’univers, la réalité telle qu’elle est dans sa totalité. L’univers est un, toutes les existences ont la même nature ; lorsque toutes les existences suivent la Loi de l’univers, tout est en équilibre, tout est en harmonie, tout est Bouddha. Shakyamuni Bouddha et les maîtres zen n’ont enseigné que cela ; c’est pourquoi Dharma signifie également l’Enseignement.

Dokusan (voir aussi ici)
Entretien privé et formel entre un maitre et son disciple sur le chemin de l'éveil.

Dojo 
"Lieu de la voie" Lieu où l’on pratique zazen en commun.

Dukkha 
"souffrance" en sanscrit La première des 4 Nobles Vérités enseignées par le Bouddha Shâkyamuni. Dukkha prend sa source dans l’ignorance. On peut plus largement la décrire comme l’insatisfaction latente que la plupart des gens éprouvent dans leur vie.

Gassho  
Geste de respect, gratitude ou vénération. Les mains jointes à hauteur du visage, paume contre paume, avant-bras horizontaux. Ce geste crée par lui-même unité et harmonie.

Gendronnière (pour en savoir plus, c'est par ici)
Historiquement premier temple zen européen, le temple de la Gendronnière se situe dans le centre de la France, près de Blois. C'est un lieu de pratique du bouddhisme zen sôtô, adminsitré par l'Association Zen Internationale (AZI). Grâce aux efforts de l’AZI s’y réalise peu à peu le vœu de Maître Deshimaru avant sa mort : créer un Temple qui soit à la fois une université bouddhique – dans le sens de la mise en valeur des aspects innombrables du Dharma – mais aussi un pont entre les civilisations de l’Orient et de l’Occident.

Hannya Shingyo 
Version très condensée du Maha Prâjna Pâramitâ Hrydaya Sûtra, appelé en français le Sûtra du cœur. Il est récité en chinois japonisé (bien que son appellation soit japonaise) dans les dôjôs à la fin de chaque zazen.

Karma (détails ici)
La loi naturelle qui relie une cause à ses conséquences. Les actions du corps, de la parole, et les simples pensées, même les plus anodines, sont gravées dans l’histoire, et auront inéluctablement des conséquences.

Kesa 
Le kesa est l’habit de Bouddha, vêtement de l’éveil transmis de maître à disciple et porté par les moines. À l’origine, c’est un assemblage de pièces de tissus usagés, lavés, teints et cousus soigneusement de façon traditionnelle.

Kin-Hin 
C’est la concentration de zazen dans l’action de marcher. On pratique kin-hin dans le dojo, entre deux périodes de zazen. L’esprit est concentré sur cette marche lente coordonnée à la respiration.

Kontin (cf billet sur le sujet)
Etat de torpeur, de somnolence, d’assoupissement, ou simplement de relâchement de la colonne vertébrale, qui peut survenir pendant zazen. L’usage judicieux du Kyôsaku par le maître permet de ramener le pratiquant à la conscience juste.

Kusen 
Enseignement oral pendant zazen.

Kyôsaku 
"Bâton d’encouragement". Petite baguette plate utilisée par le maître pendant zazen pour sortir un pratiquant de sa somnolence, ou pour calmer un mental trop agité. Le coup de kyôsaku est bref et sec. Il peut être volontairement demandé par le pratiquant pendant zazen en joignant ses mains en gassho.

Mondo 
Enseignement dans le dojo devant l'ensemble de la sangha, sous forme de question du disciple et réponse du maître .

Mushotoku 
Sans recherche de profit personnel, qu’il soit matériel ou spirituel. Zazen se réalise lorsque l’esprit est mushotoku, sans but, sans intention, sans calcul. Il n’y a rien à rechercher, rien à obtenir. L’univers entier fonctionne sur le mode de mushotoku.

Nirvâna 
Signifie "Non-né" ou "Extinction"
Extinction complète des phénomènes. Etat de dissolution du Moi individuel, l’ego. Il n’y a plus de naissance, plus de devenir, plus de disparition.

Noble Sentier Octuple
Chemin qui mène à la libération. Il s'agit du comportement adopté par le bouddhiste dans sa vie de tous les jours:
La parole juste, 
L’action juste, 
Les moyens d'existence juste. 
L’effort juste 
L'attention juste 
La concentration juste
La compréhension juste, 
La pensée juste

Poisons (les Trois) (cf billet sur le sujet
Les racines karmiquement mauvaises qui conduisent à dukkha :  
- L'égarement ou ignorance ; 
- La soif, avidité, convoitise ; 
- L'aversion, haine ou colère. 
Ces trois poisons sont associés à trois animaux :  le porc symbolise l'ignorance ; le coq, l'attachement ; le serpent, l'aversion.

Préceptes (Kai
Règles à observer scrupuleusement. La loi du Karma inclut 10 interdictions pour une vie saine :
ne pas tuer 
ne pas voler 
ne pas avoir un mauvais comportement sexuel
ne pas mentir 
ne pas abuser de nourriture et d’alcool ni consommer de drogue
ne pas critiquer ou médire 
ne pas se comparer aux autres 
ne pas être avare ni courir après la richesse 
ne pas être sujet à la colère, à la perte de son contrôle 
ne pas être irrespectueux des Trois Trésors (Bouddha, Dharma, Sangha)

Quatre nobles vérités (détail ici
C’est l’enseignement fondamental du Bouddha.  
1/ La vie est souffrance. 
2/ La souffrance a pour cause l’ignorance et les actes qui en découlent. 
3/ Il existe un chemin qui mène à l’extinction de la souffrance et de ses causes. 
4/ La voie pour mettre fin à la cause de la souffrance est le Noble Sentier Octuple.

Rakusu (cf billet sur le sujet
Petit kesa, cousu par le pratiquant, qui est porté dans la vie quotidienne par les moines, nonnes et bodhisattva.

Samsara
Le cycle incessant des naissances et des morts. C'est par l’entrée dans le nirvâna que l’esprit sort définitivement de ce cycle infernal.

Samu 
C’est le travail pour la communauté, mushotoku. Le samu est l’un des aspect de la pratique ; c’est l’esprit du zazen dans toutes les actions de la vie quotidienne : servir les autres, préparer la nourriture, nettoyer, cultiver le potager, etc.

Sangha 
C’est la communauté des moines, des nonnes et par extension en Occident, des laïcs ordonnés et de tous ceux et celles qui pratiquent ensemble. Le même terme désigne le groupe de pratiquants réunis dans un temple, autour d’un maître ou, à une plus grande échelle, l’ensemble des pratiquants du zen Sôtô (ou du bouddhisme). Lorsqu’on reçoit l’ordination de bodhisattva, on prend refuge dans les Trois Trésors : Bouddha, Dharma, Sangha.

Sesshin 
Retraite lors d’une session de pratique d’une durée de 2 à 9 jours. Oubliant toutes nos préoccupations habituelles, on plonge profondément dans la pratique. L’accent est mis sur zazen et sur toutes les actions de la vie quotidienne : zazen, cérémonie, samu, étude. On peut ainsi toucher son véritable esprit originel, nature de Bouddha partagée par toutes les existences de l’univers.

Shikantaza 
Seulement assis. Se consacrer entièrement à zazen, corps-esprit en unité, toute chose abandonnée, l’idée du moi abandonnée, seulement assis, rien d’autre. C’est le cœur de la pratique dans notre école: le recueillement pur et nu. Une existence dans l’univers, « une flamme sur un zafu ». 

Sôtô 
À l’origine une des écoles du chan (zen) chinois dont le nom est issu des maîtres Tozan Ryokai et Sozan Honjaku (IX° siècle). Au XIIIe siècle, maître Dôgen, revenant de Chine, transmet la lignée Sôtô au Japon et fonde les principes de ce qui deviendra la tradition du zen Sôtô Le zen Sôtô privilégie shikantaza, l’assise face au mur, et l’éveil silencieux, sans le support des koan et des mots pendant la méditation.

Tenzo 
Responsable de la cuisine dans le temple ou la sesshin. Le tenzo n’est pas un simple cuisinier, c’est un moine ancien, un éducateur. Dans la tradition, il a une place importante dans le temple.

Zafu 
Coussin rond rempli de matière végétale (kapok), qui permet pendant zazen de basculer le bassin en avant et de pousser le sol avec ses genoux, tout en étirant la colonne vertébrale vers le haut.

Zazen 
Za, être assis ; Zen, recueillement. Zazen en soi est éveil. C’est l’expérience directe de la réalité ultime. Par la pratique de la concentration (samadhi), le mental s’apaise, l’idée du moi s’évanouit, corps et esprit abandonnés, et l’on revient inconsciemment à notre véritable nature, nature de Bouddha, en unité avec toutes les existences, avec le cosmos entier. Bouddha s’est éveillé assis en zazen. Tout son enseignement, « le bouddhisme », est issu de cette expérience vivante.