singe lune

La boule hérissée de piquants que j'abrite en ce moment est une belle occasion de pratique.

C'est une boule de dualité: un attachement à des jugements sur ce qui est/ ce qui devrait être. Une boule de j'aime/j'aime pas.
Son noyau est tissé de peur et ses piquants de manque d'amour.

C'est une boule qui matérialise l'égarement de mon ego. Elle apparaît pour m'aider dans la Voie car elle me donne une occasion très concrète de pratique.

Je ne puis l'empécher d'envahir mes émotions, mes pensées, mais du moins je l'empèche de devenir paroles et actes. 

Je ne forme pas une digue contre elle, je m'emploie à agrandir l'espace autour d'elle et de ne pas lui accorder plus d'importance que cela. 

Comme le karma passé, cette boule est appelée à se briser contre zazen.

Mais en attendant que zazen et le temps fassent leur oeuvre, le petit singe en moi se délecte de ce poème de Hakuin:

Le singe tente d'attraper
La lune à la surface de l'eau
Il n'abandonnera que lorsque
La mort le prendra
S'il pouvait lâcher la branche
Et s'enfoncer dans la profonde mare
Le monde entier resplendirait
D'une pureté étincelante