bouddha

«Par l'effort, l'ardeur, la discipline et le contrôle,
que le sage fasse pour lui-même une île qu'aucun flot ne pourra submerger.
Les ignorants, les sots se plaisent dans la négligence,
mais le sage protège la vigilance comme le plus grand trésor»

«Vigilant parmi les négligents, bien éveillé parmi les dormeurs,
le sage avance comme un cheval rapide, laissant derrière lui une faible haridelle»
Dhammapada, versets 25 et 29

Le bilan de ma première semaine de février n'était pas brillant: un seul zazen, aucune journée de jeûne réussie, aucune lecture faite aux enfants, beaucoup de cris et un ton dur pour m'adresser à eux, et pour couronner le tout, une hanche douloureuse qui laissait craindre une prochaine sesshin compliquée.

Dans un éclair de lucidité, un voile s'est déchiré : j'ai tant de raisons de me réjouir, tant d'occasions de gratitude: une belle santé familiale, un mari aimant, un travail, un logement, de la nourriture de qualité en abondance tant pour le corps que pour l'âme, des amis, des vacances... je suis bénie.

Prise dans les filets de Mâra

Et pourtant je me laisse aller à la fatigue, à la paresse, à l'inquiétude, à l'exaspération.

Je me suis laissée prendre, sans en avoir conscience, dans les filets de Mârâ dont on dit qu’il cherche à détourner les humains du Dharma en les maintenant dans leur asservissement aux plaisirs de ce monde.

Une ascèse démodée

La gratitude a éclairé le piège et je prends depuis conscience de la nécessaire ascèse. Peut-être que le mot ascèse te fait peur. Il semble désigner des tortures diverses d'individus tordus, n'assumant pas leur part charnelle, érotique.

Le mot ascèse vient d'un verbe grec askeo, qui veut dire faire de l'exercice. Et l'exercice est d'autant plus nécessaire pour les êtres à la sensualité exhacerbée tels que moi parfois...
L'ascèse non pour dompter le désir mais pour exercer le muscle de la volonté.
L'ascèse pour élargir ma liberté car je peux souvent soupirer avec saint Paul dans l'épitre aux Romains:

«Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. 
Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais,
c'est le péché qui habite en moi.…»

Une ascèse au service de la liberté

L'ascèse passe par le corps mais c'est un outil concret de discipline : c'est faire en sorte que le moi, avec tous ses appétits et ses désirs, ne soit pas envahissant, mais me dispose à l'accueil de l'autre et de la vérité insoupçonnée

C'est toute ragaillardie que j'ai repris mes exercices:

Ascèse physique, ascèse émotionnelle,

Vigilance aux mouvements intérieurs du corps et de l'esprit.

Combat personnel contre Mâra

Plaisir de dompter mes sens, ce vital fougueux.

Voyage intérieur vers la lumière.