feu

 «Tout est en feu.

Qu'est ce qui est en feu?
L'oeil est en feu, les formes sont en feu, la conscience visuelle est en feu,le contact visuel est en feu,
la sensation née du contact visuel - qu'elle soit agréable, pénible, ni agréable ni pénible - est en feu.

Pourquoi sont-ils en feu?
Parce qu'ils sont enflammés par le feu du désir, par le feu de la haine, par le feu de l'erreur.

Qu'appelle-t-on " en feu"?
Ce qui est en feu, c'est ce qui est enflammé par la naissance, par la vieillesse, par la maladie, par la mort,
par le chagrin, par la tristesse, par la douleur, par les tourments.»

A. Barreau
En suivant Bouddha, p.94

Dans notre monde, le désir a bonne presse. Il est force de vie et encouragé comme un moteur du changement.
Lorsqu'il vient à manquer on s'inquiète: est-ce signe de dépression? de maladie? de manque d'amour?
Le désir est symbole de bonne santé, d'appétit de vivre.
Lorsqu'il devient envahissant, par exemple un désir sexuel qui nous porte vers un autre que notre conjoint, on s'entend dire qu'il est mauvais de mettre un couvercle sur son désir. Rien de pire que la frustration!

Il y a différents aspects du désir. Il est tour à tour:

- soif pour les plaisirs sensuels (kama tanha en pali), 
- soif de devenir (cette tension vers le bonheur, vers la richesse, vers la transformation intérieure: bhava tanha)
- soif d'élimination (je veux me débarasser de la colère, de la jalousie, de la peur... vibhava tanha)

La Deuxième Noble Vérité du Bouddha affirme que la soif est la cause de Dukkha.

Par expérience, j'ai appris que la cause de la souffrance n'est pas tant le désir que l'attachement à l'objet du désir.

 

Cet attachement à l'objet du désir est une aliénation. On la nomme soif. La soif provoque l'insatisfaction (Dukkha), lorsqu'elle n'est pas apaisée. L'insatisfaction, à son tour, provoque la soif d'apaisement

La soif est cause de souffrance lorsqu'elle s'accompagne de la frénésie de l'étancher. Je souffre lorsque je suis dupe de mon désir. Lorsque je pense qu'il s'agit véritablement de moi. 

Par exemple, j'aime ce désir qui parfois m'enflamme et me porte vers l'autre. J'aime me sentir soudain le corps vibrant, le souffle court.
L'instant d'après, les pensées d'attachement à cet état surgissent:
Puis-je m'y abandonner ?,
Puis-je supporter la frustration de mon désir ?
Pourquoi surgit-il si fort?
Y a -t-il une chance à saisir, une leçon à apprendre ?
N'est-il pas stupide de laisser passer une chance de prendre du plaisir?
Les pensées tourbillonnent autour de ce désir qui enfle. Il est devenu le centre de mon univers mental. Je le nourris, je l'adule. Je suis désir.

Si l'on reste au bord du vide au lieu de plonger dans l'attachement à l'objet du désir, si l'on fait un pas en arrière, il est possible d'observer cette soif à l'oeuvre. Cette soif est une formidable énergie qui nous porte vers le monde mais de manière faussée, avec des lunettes déformantes.

Faire ce pas de côté, c'est m'offrir une chance de lâcher prise de cet attachement au désir. Ce n'est pas rejeter, le désir comme sale, immoral, dans un accès de puritanisme. C'est le lâcher. Le laisser être sans m'y agripper avec tout mon cinéma mental.

Ce que le Bouddha me promet - et que j'ai encore à apprendre - c'est que lorsque je laisse le désir être, lorsque je lâche prise, je l'abandonne. 

Il enseigne qu'être sans désir c'est être libéré du piège. Être sans désir, c'est la liberté.

Sumedho

"Lorsque vous êtes vraiment calme et serein, vous vous apercevez qu’il n’y a pas d’attachement à quoi que ce soit. Vous n’êtes pas pris au piège, à essayer d’obtenir ou de rejeter quelque chose. La définition du bien-être est simplement celle-ci: connaître les choses telles qu’elles sont sans ressentir la nécessité de les juger.

Je pratiquais beaucoup de cette façon quand j’étais d’humeur morose ou contestataire. Je fermais les yeux et me mettais à penser : « Je n’aime pas ci et je ne veux pas de ça… Cette personne ne devrait pas être comme ci… Le monde ne devrait pas être comme ça ! ». Je continuais à écouter cette espèce de démon qui n’en finissait pas de tout critiquer : le monde, vous, moi.
Ensuite, je changeais de registre : « Je désire le bonheur et le bien-être… Je veux me sentir en sécurité… J’ai besoin d’être aimé ! ». Je pensais ainsi délibérément, tout à fait consciemment et j’écoutais ces pensées afin de les connaître, simplement pour ce qu’elles sont : des phénomènes mentaux qui apparaissent selon leur nature conditionnée. Faites-en donc une expérience réfléchie, formulez tous vos espoirs, vos désirs et vos critiques. Soyez-en pleinement conscients. Ainsi, vous serez en mesure de connaître le désir et de l’abandonner."  La deuxième noble vérité par Ajaan Sumedho

Maintenant tu es prêt ! Plonge avec moi dans l'étrange poésie du Maha Satipatthana Sutta :

 

«C'est la soif du désir qui donne lieu à une renaissance ; elle est liée au plaisir et à la passion, elle se délecte ici et là. Il s’agit de la soif des plaisirs des sens, la soif d’exister et la soif d'anéantissement.
Mais où cette soif apparaît-elle? Où prend-elle racine?
Là où il y a des formes plaisantes et attirantes selon les critères du monde — c’est là que cette soif peut être abandonnée et peut être éteinte.

Et qu’est-ce qui est plaisant et attirant selon les critères du monde ?

L’œil est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
L’oreille est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le nez est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La langue est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le corps est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
L’esprit est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

Les formes sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les sons sont plaisants et attirants selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les odeurs sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les goûts sont plaisants et attirants selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les contacts sont plaisants et attirants selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les objets mentaux sont plaisants et attirants selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

La conscience visuelle est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La conscience auditive est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La conscience olfactive est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La conscience gustative est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La conscience tactile est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La conscience mentale est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

Le contact avec l'œil est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

feu bleu


Le contact avec l'oreille est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le contact avec le nez est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le contact avec la langue est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le contact avec le corps est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le contact avec l'esprit est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

La sensation née du contact avec l'œil est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La sensation née du contact avec l'oreille est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La sensation née du contact avec le nez est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La sensation née du contact avec la langue est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La sensation née du contact avec le corps est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La sensation née du contact avec l'esprit est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

La perception des formes est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La perception des sons est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La perception des odeurs est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La perception des goûts est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La perception des contacts est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La perception des objets mentaux est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

Les intentions envers les formes sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les intentions envers les sons sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les intentions envers les odeurs sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les intentions envers les goûts sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les intentions envers les contacts sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Les intentions envers les objets mentaux sont plaisantes et attirantes selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

Le désir des formes est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le désir des sons est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le désir des odeurs est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le désir des goûts est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le désir des contacts est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
Le désir des objets mentaux est plaisant et attirant selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

La pensée appliquée aux formes est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La pensée appliquée aux sons est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La pensée appliquée aux odeurs est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La pensée appliquée aux goûts est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La pensée appliquée aux contacts est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
La pensée appliquée aux objets mentaux est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

L'analyse des formes est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
L'analyse des sons est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
L'analyse des odeurs est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
L'analyse des goûts est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.
L'analyse des contacts est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif p apparaît et prend racine.
L'analyse des objets mentaux est plaisante et attirante selon les critères du monde. C’est là que cette soif apparaît et prend racine.

Ceci est la Noble Vérité de l'apparition de la Souffrance.»

Maha Satipatthana Sutta (DN 22)
GRAND DISCOURS SUR L'ETABLISSEMENT DE L'ATTENTION

Voir aussi sur ce blog: la Première Noble Vérité