77d74cc5d9680d23690f157fc34c2324

Je suis une source qui jaillit et s'écoule 
Mais c'est au profond de la nuit

Cette source éternelle, elle reste cachée
mais je n'ignore pas d'où elle prend naissance
et c'est au profond de la nuit

Je sais, à vrai dire, qu'elle est sans origine.
Tout en elle, pourtant, va plonger sa racine 
Mais c'est au profond de la nuit

Jamais il ne sera de beauté qui l'égale,
Le ciel, l'univers vont s'y désaltérer 
Mais c'est au profond de la nuit

Elle est, je le sais bien, tout à fait insondable
Et je le sais aussi, elle n'est pas gaieable
Pas même au profond de la nuit

Jamais son bel éclat ne pourra s'obscurcir
Toute lumière aussi, d'elle seule, jaillit
Mais c'est au profond de la nuit

Je sais bien que ses flots, sans cesse débordants
Arrosent l'abime, la terre et tous les peuples
Mais c'est au profond de la nuit

Cette source d'eau vive, objet de mes désirs
Et ce vin, pain de vie, je la vois, la contemple
Mais c'est au profond de la nuit

Saint Jean de la Croix, Oeuvres complètes, édition du Cerf

Ce poème cité dans l'émission de Leili Anvar Qu'est ce qu'une vie spirituelle?, résonne puissamment avec cette réalité absolue qui est souvent évoquée par les maîtres du Dharma. Il évoque aussi pour moi l'espérance au coeur de la nuit. La lumière au coeur de la souffrance.