La montre et le temps

«Le temps ronge l'amour comme l'acide...»

Ballade de Johnny Jane de Gainsbourg

 

Lorsque j'étais enfant, mon père venait me réveiller le matin de mon anniversaire.

C'était un privilège rare.

Il se penchait sur moi et, en souriant, me murmurait:

«Joyeux anniversaire! Une année de plus, une année de moins...»

 

Chaque anniversaire est devenu pour moi un rappel du temps qui passe, de la vie qui s'enfuit.

Dans deux jours, je "fête" mes 37 ans. 

Et le mois prochain, mes 15 ans de zazen...


37 ans, c'est terriblement adulte, 

J'entends encore en moi l'enfant s'effrayer, la jeune fille s'exalter.

 

J'ai peur du temps qui passe,

du temps qui ronge,

du temps qui fige,

du temps qui glace.

 

37 ans et l'envie de fuir, de fuguer comme une adolescente révoltée,

37 ans et l'injonction d'observer, immobile, vivre en moi cette impétuosité.

 

 

«Parfois on regarde les choses
Telles qu'elles sont
En se demandant pourquoi
Parfois, on les regarde
Telles qu'elles pourraient être
En se disant pourquoi pas»