Jesus_christ

Je vis une crise spirituelle profonde. Un moment de grand bouleversement intérieur. Une révolution.

Ces dernières années, je vivais dans une tension insoluble entre le coeur et la raison.

La raison tout d'abord, à la suite de l'enseignement de l'advaita vedanta, me poussait à reconnaître l'existence d'une Conscience absolue, d'une Personne immanente qui m'avait ramenée au christianisme..

Je ne pouvais cependant franchir le pas d'accorder à cette conscience les attributs d'une personne, éprouvant des sentiments humains (colère, joie, amour) et jugeant nos actions - récompensant les justes, bannissant les méchants.

Je ne pouvais tout simplement pas accepter un Dieu préoccupé de nos états d'âme.

Le coeur en revanche, s'obstinait à s'adresser à Dieu, à se croire profondément lové au sein d'une main divine aimante et bien intentionnée.

Cette tension intenable s'est finalement résolue. La raison est la plus forte.

Je ne suis plus sûre de pouvoir encore me dire chrétienne.

Je ne crois plus en l'enseignement de Jésus: je ne crois pas que Dieu soit mon Père. je ne crois pas qu'Il m'aime.

Si absolu il y a, je le crois plutôt impersonnel et indifférent à la destinée humaine.

Pourtant, je ne peux pas m'empécher de m'adresser à mon créateur, de manière irrépressible.

Je parle au silence.

J'adresse ma prière à l'Inconnu.

Le désir de vérité, de vivre en vérité et en cohérence est plus fort que le désir de croire en la bienveillance divine, en l'amour divin. Dieu sait pourtant à quel point j'ai, comme tout un chacun, envie d'être aimée !

Ce bouleversement intérieur aura probablement de profondes répercussions sur mon cheminement, sur ma manière de concevoir l'existence. Mais je suis ouverte à l'inconnu et je reste confiante.

Je ne rejette pas la foi chrétienne avec une colère désenchantée. Elle me quitte voilà tout.