nonviolence1

Chaque occasion de grandir est bonne à prendre. Lorsque c'est une occasion désagréable, ce sentiment inconfortable incite à approfondir et à exercer ce que l'on croit juste. C'est la mise à l'épreuve de ce qui, sinon, reste une jolie théorie.

Voilà donc une femme qui est invitée chez nous pour la seconde fois et reçue chaleureusement. Elle m'aperçoit ainsi que nos enfants. Le soir même, par mail, elle propose à mon mari une aventure...

Ma première réaction est d'être blessée par ce manque de respect à notre égard : une épouse et des enfants ? quantité négligeable !

Mais bien sûr, cette femme est probablement aveugle à la souffrance qu'elle aurait pu engendrer. Toute centrée qu'elle est sur ses désirs et ses tensions intérieures. Toute plongée dans l'ignorance.

Elle m'offre même une occasion nouvelle de voir en moi la peur. Peur de ne plus être aimée qui prend sa source dans un manque profond d'assurance, dans ce sentiment que mon bonheur n'est pas mérité et qu'il est condamné, à plus ou moins long terme, par l'impermanence de toute chose.

Cette femme n'a donc rien à voir avec ma peur. Comprenant cela, je me sens capable de la recevoir à nouveau, de la bénir et d'agir envers elle de la manière la plus juste possible. La paix est déjà là...

mains_soleil

Voici un passage très éclairant d'une leçon de Serge Carfantan , titrée "Violence et nature humaine":

"Ce que Gandhi a cherché à faire comprendre, c'est que la non-violence est une stratégie de combat. Ce n'est pas un repli, c'est une manière de combattre le mal sans l'alimenter.

La violence nourrit la violence. Ce que l'homme violent demande, c'est de trouver en face de lui une résistance violente qui lui permette de montrer sa force. Si on ne jette pas de l'huile sur le feu, la violence va se défaire d'elle-même.

"La non-violence ne consiste pas à s'abstenir de tout combat réel face à la méchanceté. Au contraire, je vois dans la non-violence une forme de lutte plus énergique et plus authentique que la simple loi du talion qui aboutit à multiplier par deux la méchanceté" Lanza del Vasto

La neutralité de l'attitude est une attitude difficile à tenir mais elle produit des effets. Elle met la situation de conflit dans une position nouvelle. Il n'y a plus moi d'un côté et l'autre en face qui sommes en conflit. Il y a une ouverture, un accueil, une compassion d'un côté et de l'autre un moi violent qui ne trouve pas en face un autre ego auquel il pourrait s'opposer. [...]

 Il ne s'agit pas de faire plier la volonté de l'autre, il ne s'agit pas non plus de subir sans rien faire. Ce que l'on oublie trop souvent est que la non-violence a son fondement dans l'amour. [...]

La non violence implique un travail sur soi. La violence est alimentée par la frustration, la tension intérieure qu'elle décharge. De là suit que c'est seulement en libérant la conscience des tensions qu'elle accumule, que la création d'un état de paix est possible."